Le chat peut-il manger des olives en toute sécurité?

Publié par
minutes de lecture

Trouvez une nourriture adaptée aux besoins de votre animal

Trouvez la nourriture qui répond aux besoins de votre chien

Trouvez une nourriture adaptée aux besoins de votre chat

Avez-vous remarqué que votre chat accourt dès que vous ouvrez une boîte d’olives ? Il vous est peut-être déjà arrivé de donner une olive à votre chat et de le voir réagir de façon frénétique. Mais le chat peut-il manger des olives ? Qu’en est-il de l’huile d’olive ? Bien qu’il puisse être très amusant de partager ce petit plaisir salé avec votre chat, vous devez d’abord tenir compte de certains éléments.

Pourquoi les chats aiment-ils les olives ?

Il n’existe pas d’études scientifiques qui expliquent les raisons mystérieuses pour lesquelles les chats raffolent des olives, mais il existe certaines théories. D’après le site comment-economiser.fr, il apparaît que les chats sont hypersensibles à l’odeur de l’olive, ils se roulent dessus, se frottent au point de devenir légèrement hystériques car ce fruit dégage les mêmes phéromones que les chats avant l’accouplement. C’est l’un de ses composants, la népétalactone, qui provoque cet effet. Rassurez-vous : ce n’est pas dangereux pour votre animal. De plus, le site explique qu’un chat qui se jette sur du bois d’olivier ou sur une olive peut montrer une carence en acide folique. En effet, en ne mangeant que de la viande (ou presque), le chat peut avoir des carences, notamment en acide folique ou vitamines B9 importants pour la croissance. La népétalactone est la substance chimique active qui serait responsable du comportement surexcité que les chats ont après avoir consommé les feuilles, les tiges ou les fleurs de l’herbe aux chats (cataire).

Les chats utilisent leur organe voméronasal pour analyser toute odeur non familière et intéressante, comme la népétalactone par exemple. L’organe voméronasal est en fait un nez-cerveau sensitif et odorant situé en haut de l’arrière-gorge chez les chats et les autres mammifères. Le chat utilise sa bouche pour aspirer l’air qui est filtré dans l’organe voméronasal. L’organe voméronasal peut également détecter les phéromones, qui sont des « messagers » chimiques que les chats libèrent au moyen de glandes spéciales situées autour de leur corps pour « communiquer » entre eux. En ce qui concerne spécifiquement la népétalactone contenue dans la cataire, les chats utilisent principalement leur système olfactif accessoire qui active une partie du cerveau impliquée dans le comportement sexuel. En général, la népétalactone stimule des comportements tels que renifler, mâcher, se rouler, se frotter et le comportement de prédation. Après avoir consommé de la népétalactone, le chat peut se rouler, se comporter de manière plus frénétique et plus joueuse que d’habitude et avoir les yeux dilatés. On suppose donc que les chats aiment les olives parce que cela entraîne des effets similaires à ceux de la cataire.

Toutefois, tous les chats ne sont pas surexcités après avoir mangé de la cataire ou des olives. Il se peut que votre chat aime manger des olives et que son comportement ne change pas du tout après en avoir mangé.

Chat noir et blanc aux yeux verts se léchant les babines.

Le chat peut-il manger des olives en toute sécurité ?

En général, les olives ne constituent pas un aliment dangereux pour le chat ; il peut en manger en toute sécurité en de très petites quantités. Le fait de manger moins d’une olive entière, deux ou trois fois par semaine, ne devrait pas poser de problème à votre chat s’il a déjà mangé des olives sans présenter d’effets secondaires négatifs.

Mais le chat peut-il manger des olives et de l’huile d’olive ? Les olives sont considérées comme des en-cas sains pour l’homme, mais elles doivent être considérées comme des friandises aux calories vides pour le chat. Et il n’est pas forcément conseillé d’ajouter de l’huile d’olive au régime alimentaire du chat (nous aborderons le sujet plus tard). Bien que les olives puissent être délicieuses et avoir un effet amusant sur le comportement du chat, elles sont connues pour être riches en sodium et ne doivent donc pas représenter plus de 10 % de son apport calorique quotidien, comme toute friandise.

Le chat peut-il manger de l’huile d’olive ?

L’huile d’olive est considérée comme un élément sain de l’alimentation humaine, mais le chat peut-il en manger ? Oui, mais ce n’est pas forcément une bonne idée.

Bien que l’huile d’olive ne soit pas toxique pour le chat, la consommation d’une trop grande quantité de graisse, y compris d’huile d’olive, peut provoquer des diarrhées et des vomissements. Si vous utilisez l’huile d’olive pour cuisiner, il ne devrait rien se passer si votre chat mange un petit morceau d’aliment cuit dans cette huile, tant qu’il n’y a pas d’effets indésirables sur sa santé par la suite. Il convient toutefois de préciser que l’huile d’olive est très riche en lipides et qu’elle présente des risques inhérents pour la santé. Il faut donc toujours consulter un vétérinaire avant de donner à votre chat des aliments qui ne sont pas spécifiquement formulés pour lui.

Problèmes de sécurité liés aux olives

D’une manière générale, il existe peu de problèmes de sécurité liés à la consommation d’olives ou d’huile d’olive par le chat, si ce n’est la possibilité de légers troubles gastriques ou de diarrhée. À l’avenir, évitez de donner des olives à votre chat si vous remarquez qu’il présente des effets secondaires négatifs après en avoir mangé.

Les olives sont souvent farcies de délicieux aliments adaptés à l’homme, comme du fromage bleu, des amandes, de l’ail, des saucisses ou des piments marinés. Si les olives ne sont pas considérées comme toxiques pour le chat, les aliments dont elles sont farcies peuvent l’être. Évitez de donner à votre chat des olives farcies d’autre chose que de poivron ou des olives avec noyau car le chat peut être exposé à un risque d’étouffement ou d’occlusion intestinale en cas d’ingestion.

L’autre grande préoccupation concernant les olives et l’huile d’olive est la toxicité du sodium. En effet, les olives doivent être salées avant d’être consommées, et l’une des méthodes courantes consiste à les saumurer dans de l’eau salée. Les olives saumurées sont riches en sodium, et en donner régulièrement à votre chat peut l’exposer à des taux de sel dangereux.

Les olives ne constituent pas une bonne friandise si votre chat a des problèmes de santé liés au sodium, comme une maladie cardiaque ou rénale. Il est également important de noter que le fait de laver les olives à l’eau ne réduit pas la quantité de sodium qu’elles contiennent. Toutefois, un chat en bonne santé peut généralement manger un quart de grosse olive ou la moitié d’une petite olive deux ou trois fois par semaine sans subir d’effets négatifs sur sa santé. Essayez toujours de faire en sorte que les friandises données à votre chat ne représentent pas plus de 10 % de son apport calorique quotidien. Par ailleurs, consultez toujours un vétérinaire avant de donner à votre chat un aliment qui n’est pas spécifiquement formulé pour lui.

Biographie de l’auteure

Dr Sarah Wooten

Dr Sarah Wooten

Diplômée en 2002 de l’école vétérinaire de l’Université de Californie Davis, le Dr Sarah Wooten est une conférencière internationale réputée dans le domaine des soins vétérinaires et de la santé animale. Cela fait 10 ans qu’elle fait des conférences et qu’elle travaille avec les médias. Elle a écrit un grand nombre de publications en ligne et sur papier sur la santé animale. Le Dr Wooten est également journaliste vétérinaire certifiée, membre de l’AVMA, et exerce depuis 16 ans dans la pratique vétérinaire des animaux de compagnie.

En plus d’être conférencière, auteure, vétérinaire et co-créatrice du très populaire jeu de cartes « Vets Against Insanity », elle est copropriétaire du groupe de restaurants Elevated Eateries dans le Colorado, à Greeley (États-Unis), avec son mari depuis 21 ans. Ils élèvent ensemble trois mini-humains un peu sauvages. Lorsqu’elle prend le temps de s’amuser, on peut la retrouver en train de skier dans le Colorado, de plonger avec des requins dans les Caraïbes ou de s’entraîner au karaté kenpo dans son dojo local. Pour en savoir plus, consultez le site drsarahwooten.com.

 

Revu par : Dr Hein Meyer, DVM, PhD, Dipl-ECVIM-CA et Brana Bonder, B.S, M.S

Articles associés

Produits associés